Conseils vitaux — Mutant des Fêtes

Les mutants carnivores célèbrent aussi Noël.

Pendant le temps des fêtes, il y a toujours un repas chez les grands-parents, une soirée chez un cousin ou un après-midi chez le frère de la tante du père du côté de la belle-mère. C’est parfois difficile de savoir où nous sommes et quel est le lien de parenté qui nous unit.

C’est comme ça qu’ils nous piègent.

Voici quelques indices pour les reconnaitre.

1— « T’as donc ben grandi, el jeune! » Cette phrase préprogrammée aide à démasquer les robotosaures archaïques, puisque vous avez de toute évidence cessé de grandir depuis au moins une douzaine d’années. Même chose pour le souhait de succès dans les études. Des commentaires robotiques.

2— Ce mononcle Yvon est très accueillant. Mais cette masse poilue qui occupe la moitié inférieure de son visage est un parasite qui lui commande le cerveau par le nez. Évitez de le laisser vous embrasser. Le parasite pourrait changer de face.

3— Encore dans la catégorie poilue, il y a cette bête vorace qui rôde dans les chambres à coucher. Elle se perche sur le lit, la fourrure immobile, et engloutira le premier enfant un peu trop endormi.

4— Le vin, ça pousse dans des bouteilles. Cette boite de carton contient plutôt du poison. Vous serez malade si vous en buvez.

5— Observez les murs. Ils peuvent y avoir suspendu les restes d’une victime précédente. Comme un pied, toujours dans son bas.

6a— Pour les plus jeunes, méfiez-vous de cette agente qui se fait passer pour la jolie cousine. Elle tentera de vous hypnotiser en faisant tourner une bouteille.

6b— Cet oncle Neptunien cache un piège détraqué entre les jambes qui se déclenchera dès que vous vous assoirez sur ses genoux.

7— Une drôle d’odeur plane. L’air est saturé d’un gaz empoisonné qui brule les yeux, irrite la gorge et pique le nez. Contre-attaquez en vous aspergeant de parfum, même le moins cher fera l’affaire.

8— Un des cadeaux contient une substance toxique explosive. Manipulez-les avec précautions, et évitez surtout de les brasser.

Je vous souhaite une bonne et heureuse année 2011. Si vous survivez jusque-là.

* * * * * * * * * * * *

Vous avez échappé à un piège de Noël? Laissez vos trucs et astuces dans les commentaires.

Publicités

Conseils vitaux – Survivre à une invasion

Des signes clairs indiquent que des portails interdimensionnels s’ouvriront en fin de semaine. Comment survivre à la horde de créatures qui nous envahira?

1– Cachez-vous. Si vous devez sortir, faites en sorte qu’ils ne puissent pas vous reconnaitre en vous dissimulant sous un drap blanc. Percez des trous au niveau des yeux pour voir les pièges qu’ils poseront sur votre chemin.

2– Repérer les pharmacies de votre quartier. Vous y trouverez toutes les pilules dont vous avez besoin. Je ne parle pas des médicaments et prescriptions, mais plutôt des rouleaux de pilules de super-forces multicolores qui se vendent en gros sacs ces jours-ci.

3– Les zombies n’existent pas. Il s’agit plutôt des pauvres victimes de la radioactivité acide émanant d’un portail, ou d’un Jupiturnien tortionnaire. Les difformités et plaies pustuleuses peuvent être contagieuses. Évitez le secteur.

4– Le monde d’où viennent ces êtres possède une force gravitationnelle supérieure à celle de la Terre, ce qui fait en sorte qu’ils soient plus petits. Au lieu de les esquiver, vous avez aussi la possibilité de les enjamber. Sur la route, la situation devient plus dangereuse. Ils préparent des embuscades et bondiront soudainement devant votre voiture. Soyez vigilant au volant.

5– Si vous êtes encerclés, défendez-vous en leur lançant des bonbons. Leur dépendance aux sucreries dépasse de beaucoup leur gout pour la viande humaine.

Certification humanoïde normal

S’ils me suivent sur Twitter, ils vous y suivent peut-être aussi.

Comment différencier les vrais humains des agentes, robotroniques, mutantosaures, hybridomorphes, extratrucs et propagandifiques? Il faut posséder un fin sens de l’observation et un excellent esprit d’analyse. Comme moi.

Je mets donc encore une fois mes talents au service de la sauvegarde de l’humanité. Vous trouverez sur mon profil un classement d’usagers selon les menaces qu’ils posent.

http://twitter.com/_DeBleu/lists

C’est inquiétant. Si peu d’usagers sont certifiés humanoïdes normaux.

Conseils vitaux – Bixi

Moi aussi, je me promène en Bixi. Je n’utilise pas ces vélos en libre-service tous les jours, mais j’apprends très vite. Et, en plus d’être futé, je suis généreux. Je partage ma grande sagesse.

1– Toujours porter un casque. S’ils survolent la ville à votre recherche, ils ne pourront pas vous reconnaitre. Les plus gros casques sont les plus efficaces. Préférez les sombreros.

2– Ne jamais prendre le septième vélo. C’est évident.

3– Fuir pour échapper à un mutantosaure en pédalant à travers des escaliers, une fontaine et une terrasse de restaurant s’avère finalement une très mauvaise idée. Rien ne surclasse la course. Par chance, la forme du cadre d’un Bixi permet d’en descendre rapidement. Au moment d’ajuster la hauteur de la selle, pensez à la faire pivoter de 180 degrés. La descente sera encore plus rapide.

4– Respectez la signalisation. Il suffit de faire un affront à un panneau un peu trop carnivore pour perdre un bras. C’est difficile de sonner la charmante clochette avec un bras en moins.

5– La clé Bixi renferme une puce qui pourrait être piratée à distance par un androïde télépathe. Pour éviter les explosions-surprises, rangez-la dans un endroit blindé contre les ondes. Si vous ne possédez pas de chambre forte antinucléaire, votre four micro-ondes fera l’affaire.

Conseils vitaux – Boutique de chaussures

La façon de vous chausser a un impact direct sur votre capacité à fuir. Un bon soulier ou une espadrille performante peut vous sauver la vie.

1— Si vous prévoyez fuir en Hollande, en Pologne ou même en Estonie, choisissez une pointure européenne. La longueur de vos enjambées ne sera pas convertie.

2— Des bottes avec embouts en acier protègent les orteils d’une patte de chaise carnivore ou d’une commode sauteuse. Par contre, elles conduisent l’électricité et attirent les bactéroïdes magnétiques. C’est une question de choix.

3— Évitez les couleurs vives et les motifs. Vous seriez repérés trop facilement. Optez plutôt pour des teintes neutres, comme brun, gris ou noir. Avec des bas neutres aussi, comme blancs.

4— Soyez attentifs au contenu de la boite. Un vendeur-androïde déguisé pourrait avoir remplacé les souliers par une version inversée. (La droite à gauche et la gauche à droite). Refusez systématiquement les paires ainsi trafiquées pour ne pas courir à l’envers.

5— J’ai oublié quel est le proverbe à propos du port des talons aiguilles et des bottes de foin, mais je déconseille les deux.

6— Un soulier avec des yeux aura aussi une gueule, des crocs, et une langue entre les lacets. Et l’estomac dans les talons. Ne vous faites pas dévorer.

Sans perdre les pédales

Je suis un expert pour reconnaitre leurs pièges et manigances. Mais je ne suis pas infaillible. Heureusement, grâce à Twitter, j’ai reçu quelques conseils à propos de l’utilisation d’un vélo. Cet appareil à deux roues semble être issu d’une dangereuse technologie jupitérienne.

Voici quelques commentaires inquiétants recueillis en quelques heures. Les tweets étant brefs, je me permets de vous les expliquer avec plus de détails.

@patdion: « un Bixi, c’est un tank »

Impossible alors de rouler en toute quiétude quand un canon est braqué sur notre tête.

@ChroniquesAmn: « éviter les trottoirs »

Le trottoir pourrait vous dévorer un pied. Il pourrait aussi vous désintégrer les orteils ou grignoter le mollet. Et c’est encore pire avec les trottoirs en béton. Parfois, le béton est armé.

@yareking: « le best pour les cadenas c’est d’en avoir deux.»

Je me doutais déjà du phénomène de duplication cycliste. Deux roues, deux pédales et, maintenant, deux cadenas. Donc, les nanovirus présents dans la selle produiront un clone parfait du pauvre voyageur.

***

Ensuite, des agents virtuels ont sauté sur l’occasion pour tenter de m’embusquer.

@Panthere_rousse: « Itinéraire : petites rues »

Bien sûr, une route à l’abri des regards. Idéale pour la capture. Non merci.

@Drag0n95: « On met un casque même si l’on a l’air d’un tawoien. »

Les habitants de la planète Tawoï sont les proies favorites des Neptunosaures. Pas question de me faire dévorer la cervelle.

@flemelin et @mariowroy m’ont parlé d’assurance-vie et d’assurance-habitation.

Ils attendent que je me mette à pédaler pour me désintégrer et pulvériser ma maison.

***

Je crois que je me contenterai de voyager à bord de mes chaussures. Elles sont apprivoisées depuis longtemps.

Cessez de nourrir ces robots

Le livreur apporte le repas. On n’a rien à préparer et l’on peut rester assis, immobile, sédentaire. Tant qu’on lui donnera de l’argent, le livreur reviendra avec la nourriture.

Sans vous en rendre compte, c’est ce que vous êtes en train de devenir. Leurs livreurs.

Qu’il fasse soleil, qu’il pleuve ou qu’il neige, vous partez de chez vous pour vous rendre dans la tanière d’un robot, comme des esclaves. Selon un rituel bien précis, vous déposez un biscuit de plastique sur les lèvres du robot. Peu importe la saveur, il s’empresse de l’engloutir sans mâcher. Vous lui faites ensuite quelques chatouillis électroniques sur le ventre et il vous remercie en vous donnant quelques billets verts. Parfois, vous lui donnez même un dessert-surprise, emballé dans une enveloppe en papier.

Les robots, lorsque bien nourris, se multiplient. Remarquez comme il y en a de plus en plus. C’est une invasion.

Pour l’avenir de la race humaine, laissez-les mourir de faim.