Sans perdre les pédales

Je suis un expert pour reconnaitre leurs pièges et manigances. Mais je ne suis pas infaillible. Heureusement, grâce à Twitter, j’ai reçu quelques conseils à propos de l’utilisation d’un vélo. Cet appareil à deux roues semble être issu d’une dangereuse technologie jupitérienne.

Voici quelques commentaires inquiétants recueillis en quelques heures. Les tweets étant brefs, je me permets de vous les expliquer avec plus de détails.

@patdion: « un Bixi, c’est un tank »

Impossible alors de rouler en toute quiétude quand un canon est braqué sur notre tête.

@ChroniquesAmn: « éviter les trottoirs »

Le trottoir pourrait vous dévorer un pied. Il pourrait aussi vous désintégrer les orteils ou grignoter le mollet. Et c’est encore pire avec les trottoirs en béton. Parfois, le béton est armé.

@yareking: « le best pour les cadenas c’est d’en avoir deux.»

Je me doutais déjà du phénomène de duplication cycliste. Deux roues, deux pédales et, maintenant, deux cadenas. Donc, les nanovirus présents dans la selle produiront un clone parfait du pauvre voyageur.

***

Ensuite, des agents virtuels ont sauté sur l’occasion pour tenter de m’embusquer.

@Panthere_rousse: « Itinéraire : petites rues »

Bien sûr, une route à l’abri des regards. Idéale pour la capture. Non merci.

@Drag0n95: « On met un casque même si l’on a l’air d’un tawoien. »

Les habitants de la planète Tawoï sont les proies favorites des Neptunosaures. Pas question de me faire dévorer la cervelle.

@flemelin et @mariowroy m’ont parlé d’assurance-vie et d’assurance-habitation.

Ils attendent que je me mette à pédaler pour me désintégrer et pulvériser ma maison.

***

Je crois que je me contenterai de voyager à bord de mes chaussures. Elles sont apprivoisées depuis longtemps.

Publicité

Cessez de nourrir ces robots

Le livreur apporte le repas. On n’a rien à préparer et l’on peut rester assis, immobile, sédentaire. Tant qu’on lui donnera de l’argent, le livreur reviendra avec la nourriture.

Sans vous en rendre compte, c’est ce que vous êtes en train de devenir. Leurs livreurs.

Qu’il fasse soleil, qu’il pleuve ou qu’il neige, vous partez de chez vous pour vous rendre dans la tanière d’un robot, comme des esclaves. Selon un rituel bien précis, vous déposez un biscuit de plastique sur les lèvres du robot. Peu importe la saveur, il s’empresse de l’engloutir sans mâcher. Vous lui faites ensuite quelques chatouillis électroniques sur le ventre et il vous remercie en vous donnant quelques billets verts. Parfois, vous lui donnez même un dessert-surprise, emballé dans une enveloppe en papier.

Les robots, lorsque bien nourris, se multiplient. Remarquez comme il y en a de plus en plus. C’est une invasion.

Pour l’avenir de la race humaine, laissez-les mourir de faim.

Conseils vitaux – Supermarché (partie 2)

… Suite des conseils de dimanche dernier

6— Attendez que quelqu’un nourrisse les robots-gardes rectangulaires avec des canettes. Ils courent moins vite le ventre plein.

7— Achetez huit articles ou moins. En situation de fuite, vous quitterez le supermarché plus rapidement en passant par la caisse express.

8— Des tuiles impaires de l’allée numéro 4 sont piégées. Le commis nettoie le plancher pour effacer les traces d’explosion de la victime précédente. Observez le motif et sautez une tuile sur deux. Pour sauter avec plus d’aisance, achetez des produits légers.

9— Les mutentacules nains vivent dans des huttes de boites. Lorsque vous prendrez un produit vedette de son empilage de présentation, allez-y délicatement pour ne pas les réveiller. Ils mordent.

10— Méfiez-vous du bocal de cornichons sucrés.

Conseils vitaux – Supermarché (partie 1)

Les repas offerts dans les chaines de restauration rapide manquent de vitamines. Il faut se rendre régulièrement au supermarché pour compléter son alimentation. C’est là qu’ils vous embusqueront lorsque vous tenterez de vous emparer d’un repas surgelé en liquidation ou de votre boite de biscuits favoris.

1— Évitez la section des légumes verts. Plusieurs reptiles sont verts. Les caméléons sont des reptiles. Et ils disposent d’une langue-catapulte à ventouse très venimeuse.

2— Utilisez un petit panier. Vous pourriez évidemment faire de plus grandes réserves en utilisant un gros panier d’épicerie, mais il ne leur suffit que d’une simple poussée pour vous y envoyer. Vous disparaitriez ensuite à bord de cette cage roulante. J’ai déjà vu une agente se sauver avec deux enfants encagés.

3— Si vous prenez une boite de soupe alphabétique, assurez-vous qu’elle ne contienne pas les mots suivants: «mitrailleuse électrophone à décapitron».

4— Le poulet est vendu au comptoir à viande. Le comptoir à viande est froid. Le poulet rôti, lui, est chaud, et le comptoir où il est vendu est chaud. L’axe entre les deux forme un paradoxe thermique qui risque de vous pulvériser. À moins d’être protégé par un vêtement en papier d’aluminium et d’un bouclier en barquette de styromousse.

5— Le pistolet à étiquettes de prix a une portée de 2,61 mètres dans des conditions de vent optimales. Gardez vos distances.

… La suite des conseils ce mercredi…

Conseils vitaux – La poste

Il n’y a pas que nos courriels qui sont scrutés par leurs cybergorilles. La poste régulière, perfectionnée depuis des douzaines d’années, déborde de danger.

1— Collez les timbres à l’envers. Cela étourdira le cyclope chargé du triage de votre courrier assez longtemps pour que votre lettre lui échappe.

2— Prenez garde au contenu hypnotique et illusoire de votre boite aux lettres. Une circulaire doit être ronde, comme son nom l’indique. Si vous en recevez des rectangulaires, débarrassez-vous avant d’être vous-même géométrisé. Il est encore plus simple d’apposer un autocollant sur votre boite aux lettres pour vous prémunir contre ces attaques entêtées de publipostage.

3— Vous recevez la confirmation que vous êtes le gagnant d’un concours auquel vous n’avez pas participé? C’est un leurre pour vous attirer dans leur tanière. Le montant accordé est sans doute de l’argent sale. Mettez l’enveloppe au lave-vaisselle.

4— Quand vous mettez une lettre à la poste, ne jamais plonger le bras dans la boite, et encore moins la tête. Le lutin facteur qui réside au fond déteste les visites imprévues. Avez-vous déjà vu quelqu’un sortir d’une boite aux lettres? Bien sûr que non. Le lutin les mange. Bon appétit.

5— Gardez sur vous quelques cartes postales de villes étrangères. Lorsque vous croyez avoir été repéré, postez-en une au hasard pour brouiller les pistes. Dans ce cas-ci, le timbre ne doit PAS être collé à l’envers, pour que le cyclope traceur mette la main dessus.