Ils seront vaincus, première partie

— Entre.

Ce n’était pas ma première visite ici. La dernière fois, je m’étais échappé de justesse des griffes d’une hybride enragée. Aujourd’hui, j’étais déjà prêt à fuir avant même d’entrer dans le petit local.

Mais ce n’était pas l’hybride de ma visite précédente qui m’accueillit.

Un homme que je ne connaissais pas m’invita à entrer. Il portait une chemise bleue et une cravate rayée. De petites lunettes s’appuyaient sur son nez, qui semblait lui-même s’appuyer sur sa moustache. Il m’indiqua de prendre place dans une chaise en face du bureau.

— Ne te soucie pas de lui, me dit-il en tendant le bras vers le fauteuil dans le coin. Depuis que je l’ai apprivoisé, il est très docile.

Ce fauteuil m’avait déjà presque avalé. La chaise pouvait être un autre piège, encore plus carnivore. Je restai debout sur le seuil de la porte.

— Tu peux me faire confiance, Maxime. Je suis un allié. Tout comme toi, je sais qu’ils sont partout et j’ai appris comment leur échapper.

Ce n’est pas courant qu’une personne s’adresse à moi de cette façon. Les gens ont plutôt une réaction de déni quand je leur parle d’eux. Cette situation inhabituelle ne m’inspirait pas confiance, mais je me suis quand même assis sur la chaise qu’il me proposait. Si le piège n’était pas sous mes fesses, il pouvait être n’importe où ailleurs. Un tiroir explosif, une plante vampire, un crayon assassin. Mes yeux scrutèrent tous les recoins de la pièce.

— Tu n’as pas l’air de me croire et je te comprends. Les gens comme toi et moi ont pris l’habitude d’être méfiants. Laisse-moi te raconter une de mes mésaventures.

J’ai croisé les bras et me suis appuyé contre le dossier. Je me demandais quelle ruse ils tenteraient d’utiliser cette fois.

— Il y a plusieurs mois, commença-t-il d’une voix calme, j’ai frôlé la capture. Des troupes mercuriennes m’ont embusqué dans un magasin d’articles de sports. Des casquettoïdes enragés essayèrent de sucer mon cerveau pendant que des cyclorobots bloquaient les issues. Une agente déguisée en vendeuse de maillots, dont le petit chandail avait de la difficulté à contenir les formes de son corps monstrueux, chantait des incantations pour convoquer un démon de la quarante-deuxième ultra-dimension. Tu peux t’imaginer le pétrin dans lequel je me trouvais?

— Oh. Oui…

Une telle embuscade aurait bien pu avoir été mise en place pour moi. Ou il aurait pu inventer cette histoire de toutes pièces en s’inspirant des articles de mon journal. J’avais encore un énorme doute sur cet homme, mais je l’ai laissé poursuivre son récit.

J’étais curieux de savoir comment un autre avait réussi à leur échapper.

–> Lire la suite

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s