Combat des Chefs

La seule table libre de ce petit resto m’attend au fond, tout près de la cuisine. Mais je ne peux surtout pas m’assoir là-bas. Il s’agit de la pire table. La plus vulnérable.

Un cuisinier sauvage et très armé d’un couteau n’a que deux pas à faire pour attaquer. C’est entre autres pour accélérer ce genre d’offensive que les portes battantes s’ouvrent des deux directions. Je n’ai pas envie de me faire couper l’étiquette du chandail ou beurrer d’une tartinade radioactive. Sans compter qu’il peut, en plus, relâcher les poux-piranhas qu’il garde emprisonnés sur sa tête sous un filet. Ça te grignote l’humain vite, ces bestioles.

La proximité de la cuisine oblige aussi à prendre en considération un élément majeur. La cuisine est l’habitat naturel du robot culinaire. Ce tortionnaire mécanique est capable de râper et pétrir avec une puissance de pointe de 1000 Watts. Grâce à ses bras interchangeables, il arrive même à émulsifier sa proie en quelques secondes, avant d’aller la digérer au lave-vaisselle. Se faire réduire en bouillie de purée semble tout aussi douloureux que salissant.

Et pour dessert? Combat contre les apprentis. Eux, ils n’y vont vraiment pas avec le dos de la cuillère quand vient le temps de donner des coups de fouet. Je préfère de loin me mesurer à une tasse.

Finalement, je vais prendre pour emporter.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s