Vieille poussière

Quelques bips, et le guichet automatique me rendit ma carte et mes billets. Après avoir rangé le tout dans mon portefeuille, j’ai commencé à marcher en direction de la sortie du centre commercial.

Il y en avait un. Juste là à quelques pas. Cette fois, il avait pris la forme d’un vieil homme aux cheveux blancs se reposant sur un banc. Un déguisement de ce genre les oblige à utiliser des tactiques moins physiques. Cette personne âgée ne tenterait certainement pas de m’attraper en courant! Par contre, ce déguisement simple permet de trainer avec soi une arme redoutable sans attirer les soupçons. Une dangereuse canne était posée en travers de ses genoux.

J’ai gardé mon calme. C’est la première chose à faire. La panique risque d’aggraver une situation déjà critique. Si j’avais crié, il se serait retourné et m’aurait vu. Parce que j’étais chanceux pour l’instant: il me tournait le dos.

Puisque j’étais dans un centre commercial, vous pensez sans doute que j’aurais pu aller me réfugier dans une boutique. Une personne inexpérimentée aurait sans doute commis cette grave erreur. En entrant dans une boutique, une vendeuse m’aurait intercepté avec le classique «J’peux-vous-aider?», suivi de l’énumération de ses articles en solde. Cela aurait suffi à attirer son attention, comme un signal d’alarme.

Pour me sortir de cette situation, la seule solution était la discrétion.

D’abord, je me suis accroupi. J’ai ensuite marché lentement à quatre pattes jusque derrière la poubelle la plus proche. Le plancher d’un centre commercial est malpropre. Une couche grisâtre recouvrait mes paumes. Je ne sais pas pourquoi cette idée m’est passée par la tête, mais j’ai senti la poussière que j’avais au bout des doigts. J’étais curieux de savoir si ça puait. Est-ce que ça vous arrive de renifler des trucs par curiosité? Parfois, on dirait qu’on veut que ça sente mauvais.

ATCH….! Chut! La poussière grise avait une odeur de chatouilles! Ne pas éternuer… Je me suis pincé le nez… Ne pas éternuer… Concentration. Démangeaisons. Discrétion. Respiration. J’avais un feu d’artifice dans le conduit nasal! Du calme!

Ouf! J’ai pu contenir l’éternuement, après de longues secondes d’efforts et de contorsions faciales. Les narines me brulaient, mais pas question que je cesse de me pincer le nez. Et, de toute façon, j’étais juste à côté d’un gros contenant à déchets.

Cette poubelle était de forme cubique, avec une ouverture sur deux côtés opposés. Je pouvais donc jeter un coup d’oeil à travers pour vérifier la position du vieil homme. Petit détail intéressant, l’intérieur d’une poubelle de centre commercial est plus malpropre que le plancher, et aussi plus coloré. Et sent certainement plus mauvais.

Le vieil homme n’avait pas bougé. Sa canne non plus. Dans le haut de son dos courbé, j’ai remarqué une bosse sous son veston démodé. C’était là qu’il cachait les munitions pour son arme. Encore plus dangereux! Il disposait de chances supplémentaires pour atteindre sa cible! Sa cible étant moi!

Discrétion.

À quelques pas, il y avait un kiosque de revues. J’ai bondi et fait une roulade jusque derrière un présentoir. Sans même ralentir pour épousseter mon chandail, je me suis emparé de la première revue qui me tomba sous la main. Dans le même élan, je me suis relevé et j’ai dégainé mon portefeuille, où se trouvaient les billets fraichement sortis du guichet automatique. La caissière n’avait pas l’air de comprendre ce qui se passait, ce n’est malheureusement pas tout le monde qui possède un esprit aussi vif que le mien. Elle accepta malgré tout mon argent sans aucun commentaire.

J’ai ouvert la revue, un mensuel pour jeunes adolescentes, et je m’en suis servi comme écran pour cacher mon visage. J’avais le nez collé sur la face d’un jeune chanteur populaire. Ainsi équipé, j’ai quitté le kiosque en marchant normalement. J’étais tellement sûr de ne pas être remarqué que je suis même passé devant le vieil homme. Sa canne resta sur ses genoux. Il ne bougea pas. Sans paniquer, j’ai réussi à sortir du centre commercial!

Et, une fois dehors, j’ai enfin pu éternuer!

Publicités

Un commentaire sur “Vieille poussière

  1. Tu es devenu pro maintenant pour les éviter car au fil de tes péripéties, tu vas en t’améliorant c’est fou!!!

    Va auditionner comme cascadeur!

    xxx

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s