Souriez!

Il y en avait un qui m’attendait directement en face de chez moi.

D’ailleurs, je ne comprends toujours pas pourquoi ils ne peuvent pas entrer chez moi. Ce serait tellement plus simple de venir me prendre dans mon sommeil, ou d’installer un piège pendant que je prends ma douche. Je crois qu’ils ont une loi stricte leur interdisant d’envahir un domicile. Si seulement cette loi s’appliquait aussi au lieu de travail…

Quand je suis sorti de chez moi, il y avait un homme dans l’aire de stationnement. Il portait un imperméable et semblait chercher un angle pour photographier le mur du bâtiment dans lequel j’habite. Même si son visage était un peu caché par son capuchon, j’ai pu voir que ce n’était pas un de mes voisins. J’ai immédiatement deviné qu’il s’agissait de l’un d’eux. Un inconnu au visage partiellement dissimulé qui marche sur une propriété privée et qui prend des photos sous la pluie, ce sont des indices qui ne mentent pas.

J’ai donc rapidement manoeuvré pour que la voiture de ma voisine se retrouve entre moi et lui. Le moindre obstacle peut les ralentir et, dans la majorité des situations, chaque seconde est un avantage. Malheureusement, un tel obstacle ne me servirait à rien aujourd’hui.

L’homme tenait l’appareil-photo d’une main et l’objectif pointait vaguement vers moi. Je sais par expérience qu’il ne faut pas se laisser berner par une impression de nonchalance. L’appareil-photo était volontairement dirigé dans ma direction. Je n’allais toutefois pas lui laisser la chance de se servir de son arme déguisée contre moi.

— Qu’est-ce que vous prenez en photo? lui demandai-je en tentant d’avoir l’air intéressé.

Très important : Ne jamais les confronter directement. Ils peuvent parfois devenir très agressifs s’ils se sentent coincés. Toujours user de finesse et de calme.

Ma question eut l’effet escompté. Ils sont tellement habitués à oeuvrer dans le secret, sous de fausses identités, que l’homme joua parfaitement son personnage.

— Je suis chargé de relever les défectuosités des bâtiments, me répondit-il. Je suis engagé par l’administration de la copropriété.

Il se tourna et tendit le bras vers le mur de brique. Ce mouvement orienta l’objectif de son appareil-photo loin sur ma droite. Je n’étais momentanément plus la cible d’un possible rayon paralysant ou je-ne-sais-quoi.

— J’espère que vous ne trouverez pas trop de problèmes! répondis-je en souriant, mais surtout, en reculant.

Je n’ai pas écouté sa réponse. Je me suis plutôt empressé de contourner le bâtiment et m’enfuir dès que j’étais hors de vue.

Encore une fois, je leur ai échappé!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s